.

Tiré de « L’âme éclose » :

.

Le temps s’écoule

comme un

brouillard liquide

un fluide bouillant

dans les couloirs de sang

brûlure des jours

dépourvus de lumière

jours

en oubli de Dieu.

Combien de rives

atteintes

de caps franchis

combien de jours

de mondes traversés

soleil et pluie versés

par un ciel

manteau d’éternité !

Combien d’ardeurs

lancées

peau de cœur

enflammée

combien de peurs

de frémissements

sous le partage

des heures arrêtées

combien de désirs

exaltés

de paix taries

pour arriver enfin

où l’âme éclose

se pose

confiante et sage

du Dieu

Soleil vivant !

.

.

Tiré de « Course de la Flamme ouvrante » :

.

Esprit

course de la Flamme ouvrante.

.

La voix de la Parole

franchit toutes montagnes

tous les temps

comble les vallées

les coeurs

rafraîchit le désert

désaltère

nos corps arrêtés.

La Vérité renverse

 tout l’univers pensé

penché

forteresses invisibles

de la fixité…

.

.

Tiré de « Corps spirituel » :

.

Alors

il n’est plus

de prise au vent du monde

à ses soleils

ses prismes tourmenteurs.

Devenir corps

sans épaisseur

paix discrète du cœur.

Plonger

avidité du Feu

dans le Trait de soleil.

Aller

au Souffle

entrer dans la vague

âme fluidifiée

éloignement du cri

des heures

affadissement des saveurs

du « Mal » guetteur.

À l’Océan de douceur

sur les rebords du monde

s’émerveiller

couronnement

des montagnes du cœur.

.

.

Tiré de « Universalité » :

.

Dieu

.

 particules, planètes

et systèmes

combinaison convergence

des mondes

des forces

macrocosme et

microcosme unis

globe d’azur

message de couleurs

dévidoir

de jours et de nuits

vibration des dedans

clarté œcuménique

zigzags de l’invisible

rassemblé.

.

.

Tiré de « Esprit » :

 .

À l’Esprit dispensateur

transparence des heures

que s’apaise

le hurlement des âmes

suspendues dans le vide…

.

.

Tiré de « L’Aimé Proche Parfait » :

.Proche-Inaccessible

Paix

du Proche Parfait

chant de l’éternité

habit de l’âme à Dieu

hyménée sidéral

atemporel

des âmes-sœurs.

Mystère

Renversement des chairs

Dieu

l’Aimé Proche Parfait

le Cœur

versé de Paix.

.

.

Tiré de « Chariot d’immortalité » :

.

Chariot d’immortalité

simple métamorphose

lenteur gracieuse

corps flexueux

de l’âme soulevée

fraîche intuition de l’être

beauté fluide de Dieu.

Sous le torrent vaincu

de la mortelle étreinte

les chairs ensoleillées

les cœurs

au Souffle formés.

 Parois de l’Invisible

déchirées du Vivant

rencontre saturée

de la conscience au Vrai

la brûlure au divin

s’achève dans la grâce

voûte de jasmin

arc-boutée au ciel…

 .

.

Tiré de « À l’homme " transparence " » :

.

Soleil messianique

bois de santal

apostasie de l’ombre

culte du verre

de la roche cristal

du monde en transparence

posture extatique

du cœur…

.

.

Tiré de « Parfum de lumière » :

.

Venir poser les yeux

dans le feu de l’Hostie

percement d’Infini

parfum de l’Invisible.

Céder au cœur

pour l’infiniment clair

temps bouleversé

de l’invisible chair.

La couche du silence

laisse l’âme en repos.

.

Au Cercle parfait

la Paix.

 .

Âmes de tous les temps appelez la Lumière et

 donnez-lui un nom.

.

.

Tiré de « Sublime mimétisme » :

.

À l’instant

de tous les « Après »

lancer

le cœur ébloui

vers le Sens des mondes…

Reconnaître

le Visage éclairé

de la Joie

parfaite et pure.

Voir

au-delà de la malle

du corps

saisir l’espace

ouvrir le temps

s’émerveiller à

Dieu…

.

.

Tiré de « Sur le Chemin solaire » :

.

Dieu

succession mystérieuse

du temps lumineux

serein.

À l’âme

son refrain printanier

son cantique céleste

mélodie de nuages

et liberté sans âge…

.

.

Tiré de « Cœur déplié » :

 .

Dresser

la Table « Eucharistie »

cœur déplié de Christ

accueillir l’unisson

d’âme et de Lumière

sécher l’inexistence

l’homme

dilatation de l’être.

.

Rejoindre l’Esprit

de ce qui Est.

.

Du bien que Tu inspires,

bâtir sans relâche une cité pour l’âme.

.

.

Tiré de « Le simple mouvement » :

 .

Corps et désirs

brûlés

à la douce lumière

d’au-dedans

la multitude créée

âmes

astres sans nom

éternité de feux

mêlés.

Merveilleuse Naissance

esprit de l‘homme

à Dieu

parfaite appartenance

aux cercles de la Joie

l’Unique ruisselant…

.

S’abstraire

chercher l’ébauche

du Visage

murmure de

Christ

Sainte Face

déchirement secret

de l’ombre des matières.

À l’âme incorruptible

le simple mouvement.

.

.

Tiré de « Le réservoir d’infini » :

.

Prendre

l’ascenseur d’air

lancer le javelot

de l’âme en arc-en-ciel

percer

le Mystère des nues

d’un trait de foi

et de prière.

Contempler

avec ravissement

l’immensité joyeuse

Dieu…

.

.

Tiré de « Le Proche-Inaccessible »(Dieu à l’intime) :

.

Aux cœurs purs

l’habit d’invisibilité

à l’âme

l’Inaccessible-Proche.

Pureté

retrait béni des apparences

triomphe du Parfait

victoire

à l’énergie du Vrai

chaleur familière

omnidirectionnelle

doigts de l’Intense

dépliés

course

en merveilles de Paix.

Dieu se conjugue

à l’Amour proche

au temps

de l’Esprit de Vie

réconciliation faite

d’avec la Douceur…

.

.

Tiré de « Divine brillance » :

.

Beauté noire

du monde

renversée et bannie.

À la défense intime

de Lumière

les remparts d’Absolu

la divine brillance

le ciel découvert

en Jésus révélé

pavage

d’ailes d’anges.

Christ Verbe

Surbrillance du Père

chaleur comme douceur

boîte ouverte

d’aimer.

.

.

Tiré de « Au geste simple d’aimer » :

.

Christ,

Geste simple d’aimer.

.

Accomplir le bond

de l’intérieur du coeur…

.

Voici

le feu brûlant d’Amour

âmes ensemble

montées

jusqu’aux beautés célestes.

Dieu dans sa gloire

ouvre

la nuée en deux pans

contempler enfin

les rivages d’opale…

.

.

Tiré de « Jésus, Joie des joies » :

.

Voilà que se lève

en ce creux de conscience

étonné de l’Esprit

l’invisible de Dieu,

que se lève

au sourire du jour

la lumière par laquelle

vient la Joie

irréalisée.

.

.

.